Comment gérer des impayés de loyer à l’amiable ?

⏱ Temps de lecture : 5 minutes

Si vous avez investi dans l’immobilier locatif, alors vous avez déjà probablement entendu parler ou simplement été angoissé par les impayés de loyer .

Nous vous rassurons tout de suite, bien que les impayés représentent l’angoisse la plus répandue chez les propriétaires bailleurs, ils sont bien moins nombreux qu’on pourrait le croire. En effet, ces impayés représentent à peine 2% des locations en France.

Cependant, un faible pourcentage ne veut pas dire qu’ils sont inexistants ! Si vous êtes malheureusement victime d’impayés de la part de votre locataire, il faut agir vite. Pour ce faire, la démarche se divise en deux étapes :

  • La phase à l’amiable, non obligatoire mais fortement recommandée.
  • La phase judiciaire.
  • Au programme aujourd’hui, découvrez la phase amiable !

    Sommaire

    Entrer en contact avec le locataire

    Votre locataire bénéficie d’une aide au logement

    Comment aider un locataire en difficulté financière ?

    Entrer en contact avec le locataire

     

    Vous trouverez à côté de ce texte une fiche pratique à télécharger qui résume les différentes étapes à suivre pour gérer un impayé. Si le format vous plaît, vous pouvez profiter de plus de fiches pratiques et modèles de lettres pour gérer une location gratuitement sur notre plateforme.

    Pour commencer gérer un impayé à l’amiable, nous vous recommandons fortement de prendre contact directement avec le locataire. En effet, nous sommes persuadés que certaines situations peuvent se régler simplement en discutant à l’amiable. De plus, si cette première démarche fonctionne, vous économiserez les frais des démarches en justice !

    Dans un premier temps, nous recommandons d’essayer de prendre contact de manière simple avec votre locataire. Par exemple, vous pouvez l’appeler directement par téléphone si vous possédez son numéro ou lui envoyer un email. Il pourrait s’agir d’un simple oubli ou d’une difficulté passagère, autrement dit d’un problème qui peut être aisément réglé.

    💡 Que ce soit au téléphone ou dans votre mail, faites attention à adopter un ton amical et surtout à ne pas vous montrer agressif dès la première prise de contact. En effet, si votre locataire constate que vous êtes ouvert à la discussion, il aura davantage de facilité à vous expliquer le pourquoi du comment. De plus, cela augmente vos chances de gérer cette situation d’impayé à l’amiable.

    Si malgré vos premières tentatives vous n’avez toujours pas de réponse de votre locataire, il est d’usage d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception. Tout comme pour l’appel téléphonique ou l’e-mail, nous vous conseillons de garder un ton compréhensif.

     

    Si vous avez une réponse

     

    Si vous recevez une réponse de la part de votre locataire, c’est déjà un bon début ! Alors, vous pouvez échanger avec lui et comprendre sa situation : est-ce un simple oubli ? Rencontre-t-il des difficultés financières ?

    En cherchant à comprendre la situation, vous pourrez plus aisément trouver ensemble une solution qui convienne à tout le monde. Par exemple, vous pouvez convenir d’un échéancier pour qu’il puisse vous rembourser le loyer impayé de manière échelonnée, ou voir ensemble s’il peut régler un loyer supplémentaire le mois suivant, etc.

    💡 Pour accorder une valeur juridique à cet accord, il doit être écrit, daté et signé par le propriétaire et par le locataire.

    💡 N’hésitez pas à faire appel aux services d’un conciliateur de justice ou d’un avocat pour vous aider à gérer cet impayé à l’amiable.

     

    Si vous n’avez pas de réponse

     

    Malheureusement, il peut arriver que malgré tous les efforts du monde, le locataire ne se montre pas ouvert à la discussion. Dans ce cas, vous devez tenter de contacter la personne qui s’est portée garante pour convenir ensemble d’une solution. En effet, la caution est une personne ou un organisme qui s’engage à régler le montant du loyer et des charges dans le cas où le locataire ne serait plus apte à assumer ces dépenses.

    💡 Dans une situation de retard de paiement, vous devez obligatoirement prévenir la personne qui s’est portée caution.

     

    Votre locataire bénéficie d’une aide au logement

     

    Il arrive fréquemment qu’un locataire bénéficie d’une aide financière pour assumer son logement. Dans le cas d’un impayé, l’organisme doit être inclus dans la démarche.

     

    Votre locataire bénéficie de la CAF

     

    Si votre locataire est bénéficiaire d’une aide au logement auprès de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) et qu’il présente un retard de paiement d’au moins 2 mois de loyers, alors vous devez informer l’organisme de la situation en parallèle de la phase amiable. Par exemple, vous pouvez leur demander à ce que l’aide au logement vous soit directement versée plutôt qu’au locataire.

     

    Votre locataire bénéficie de la garantie visale

     

    La garantie Visale est un service gratuit qui garantit les loyers et les charges impayés de la résidence principale du locataire. Pour ce qui est de la garantie visale, vous devez vous adresser à l’organisme Action Logement et les informer de la situation d’impayés.

     

    Comment aider un locataire en difficulté financière ?

     

    La phase amiable peut révèler une période financière difficile pour votre locataire. Ce genre de situations sont d’autant plus fréquentes depuis le début de la crise sanitaire du covid-19.

    Ainsi, si votre locataire vous fait part qu’il est en difficulté, vous pouvez lui parler des dispositifs suivants :

    • Action logement. Qui, comme on vous l’a dit précédemment, apporte une aide aux locataires salariés qui rencontrent une période difficile.
    • SOS loyers impayés est un service téléphonique gratuit. Il peut apporter des conseils et accompagner locataires comme propriétaires à faire face à une situation d’impayés.
    • Le fonds de solidarité est un organisme qui accorde certaines aides financières aux personnes qui rencontrent des difficultés à payer les dépenses liées à leur logement. Cela peut prendre en compte le loyer, comme les factures ou les charges.

     

    Fiche pratique : les procédures en cas de retard de paiement

    Suivez l'actualité des Corsaires !

    Vous êtes bien inscrit à la Newsletter des Corsaires !